Saison 2011-2012 : Trail de Corcoué sur Logne (21 km)

corc8

Trail de Corcoué sur Logne : une initiation au trail très encourageante

 

corc1Podium espoir final en compagnie d’Aurélien (photo Marion)

Aucun objectif particulier pour mes véritables débuts sur trail

 

Avant de prendre le départ de cette course, je n’avais que deux semaines de prépation pour regagner du fond, et aucun entraînement spécifique trail véritablement. Je ne m’attendais donc pas à réaliser une grosse prestation ce dimanche 26 juin. Par ailleurs, courir une telle distance en format trail allait être une nouveauté pour moi vu que je ne comptais que la Sillonnette (6 km) comme référence dans cette discipline.

corc2

Le profil topographique du trail : 700 m de dénivelé sur un peu plus de 21 km (ne vous fiez pas au kilométrage du profil en abscisse qui est faux)

Des premiers kilomètres à rythme assez soutenu

 

corc3

Le départ (photo Valentin)

Le départ était donné en même temps que celui du 10 km. Je suis passé en 3’40 » au premier kilomètre. Puis, j’étais sur de l’allure 3’55 » aux deux kilomètres suivants une fois qu’on avait quitté le bitume. Je suis parti vraiment comme je l’envisageais sur cette première portion du parcours très roulante comparée à ce qui nous attendait par la suite. Puis, une fois les deux courses scindées vers la fin du deuxième kilomètre, le trail commençait véritablement.

corc4

Vers le 2ème kilomètre (photo Marion)

Véritable début du trail au 3ème kilomètre

 

J’ai ensuite été contraint à sérieusement baisser la cadence avec les premières difficultés. Fini les champs, place au sous-bois et ses innombrables chemins escarpés, petits cours d’eau à franchir, buttes à escalader, descentes abruptes, virages serrés. Il fallait être très attentif ; pour moi plus particulièrement car uniquement avec des runnings aux pieds, l’exercice aurait très rapidement pu virer à la blessure en cas d’inattention de ma part. Puis, on a dû escalader une bosse d’une vingtaine de mètres à quatre pattes. J’étais vraiment dans le grand bain du trail.

En parallèle de cela, je ne faisais l’impasse sur aucun poste de ravitaillement. Dès que j’en voyais un, je m’arrêtais totalement plusieurs secondes pour m’hydrater et m’arroser. Les 30°C ne permettaient aucune impasse. Puis, j’ai l’expérience du semi de Rouen. J’avais alors attendu les 45′ de course pour m’arrêter boire avant de boucler cette course complètement à l’agonie. Hors de question de reproduire la même erreur cette fois-ci.

Je passe à mi course en 45′ vers la quarantième place.

corc5

Une des nombreuses côtes qui nous attendait (photo Valentin)

corc6

Cette même côte lors de mon passage (photo Valentin)

La deuxième partie du tracé sans flancher

 

La deuxième partie de course était sur la même lancée que la fin de la première à une exception près : les passages particulièrement exposés au soleil. Les premières baisses de forme ont commencé à se faire apparaître. Moi, j’étais toujours dans la même stratégie aux ravitaillements : vaut mieux perdre 6 fois 20″ à se ravitailler totalement que perdre 15′ sur les derniers kilomètres en explosant. Cela payait vraiment car plus l’arrivée approchait, et plus je gagnais des places. Je me retrouvais dans le top 30, puis dans le top 25 aux devants d’un groupe de trois coureurs que j’avais repris. Mais, j’y tenais à cette 25ème place. Dans l’avant-dernière difficulté, pendant qu’eux lâchaient, j’en ai remis une couche pour assurer le coup. Mission accomplie en franchissant la ligne d’arrivée.

corc7

Dans le dur en plein soleil mais toujours sans flancher (photo Marion)

25ème en 1h34’27 »

J’achève les 21.35 km, 350 m de dénivelé positif, et autant en négatif en 1h34’27 » (13.34 km/h de moyenne) à hauteur de la 25ème place. Ce qui assez remarquable est que je n’ai quasiment rien perdu dans la deuxième partie sur la première partie de course, et ce malgré les premiers kilomètres très roulants. Par catégorie, sans surprise, je figure en tête du classement espoir (sur quatre). A noter que le deuxième est Aurélien : malgré sa prestation du jour très moyenne (en près d’1h52), il a quand même assuré la deuxième place par catégorie.
Sinon, une petite anecdote que j’ai fait en regardant de plus près le classement final du 22 km : le coureur le plus jeune me précédant est natif de 1980…

corc8

Nouvelle photo du podium espoir en compagnie d’Aurélien (photo Marion). A noter que la 3ème marche est restée vide car le coureur de l’Herbauges AC était rentré chez lui peu après son arrivée.

Et maintenant, objectif CNLO ?

C’est la première course de plus de 20 km que j’achève en courant de bout en bout sans jamais totalement m’arrêter pour marcher malgré le climat. Puis, je me suis même offert le luxe de sprinter sur les 200 derniers mètres.
Une fois l’arrivée franchie, l’idée de me classer au sein du Challenge Nature Loire Océan (CNLO) a commencé à naître. Pour cela, vu que je n’ai pas pris part aux deux premiers trails du challenge, il faudra impérativement que je fasse les deux restants en plus, à savoir Pornichet dimanche prochain, et les foulées du Sillon fin août. Je prendrai une décision quant à ma présence à Pornichet dans la semaine en fonction de ma récupération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *