Saison 2010-2011 : La fête du triathlon

2927589949_2_5

La fête du triathlon

2927589949_2_5

Cet après-midi, à l’occasion de cet événement annuel organisé par le Triathlon club nantais, je me suis lancé dans le bain de la triple épreuve.

J’avais comme objectifs initiaux de faire moins de 6’12 en natation, à savoir ce que j’avais réalisé lundi dernier avec Valentin en entraînement. Sur la partie course à pied, je voulais faire entre 7′ et 7’30 et la partie vélo était la grosse inconnue. J’étais incapable d’estimer le temps que je pouvais réaliser sur 8 km, d’autant plus que ça fait depuis près d’un mois qu’on n’a plus fait de grosses sorties vélo de préparation.

Je me suis rendu à la piscine de l’île Gloriette (10.5 km) en vélo en guise d’échauffement. J’ai fait en sorte de bien mouliner sans emmener de gros braquet dans le but de ne pas me fatiguer avant l’épreuve. J’ai mis près d’1/2 heure pour être sur les lieux vers 16h15. Sur place, j’y ai trouvé Mikaël également de la partie pour ses débuts dans la triple épreuve et qui faisait son grand retour sportif après ses 3 mois passés en Roumanie … moins sportifs dira-t-on !

Aucun dossard n’était à porter contrairement aux années précédentes. Une gourde et un bonnet de bain nous étaient remis. Le port du casque était bien évidemment obligatoire. Notre numéro attribué figurait sur une de nos épaules de sorte à être identifié pour la partie natation. Le mien était le 44. On avait la charge de déposer toutes nos affaires y compris notre vélo dans un sas qui était le lieu où s’effectuaient les deux transitions. Après tous ces préparatifs réalisés, je suis parti faire 5′ d’échauffement en course à pied pour, en quelque sorte, faire ma récupération de la séance de 17 km de vendredi dernier, qui se ressentait encore dans mes cuisses. Puis, c’était l’heure du briefing par les organisateurs dans les gradins de la piscine.

 

250 m de natation en 6′, soit 2.50 km/h de moyenne

17h15. C’était déjà le moment de commencer. Avec Mikaël, on a décidé de partir dans le dernier tiers des partants. Tous ceux nous précédant maîtrisaient le crawl et beaucoup nous paraîssaient être des « Formules 1 de la natation ». On prenait beaucoup de coups de bras ou pieds de la part des autres malgré les départs espacés de 5 ». Je n’avais pas de très bonnes sensations sur cette partie. Cependant, je l’ai bouclée en 6′ mine de rien. Mikaël était alors 15 » devant moi.

 

8 km de vélo en 16’12, soit 29.63 km/h de moyenne

3′ pour me sécher les pieds, déposer mes lunettes de piscine, enfiler des chaussettes de course, mes runnings et un tee shirt et c’est déjà le début de la deuxième discipline, à savoir le vélo. Le parcours n’était pas très original : une grande ligne droite d’1 km qu’on devait effectuer 4 fois en aller-retour. Après 200 mètres, j’avais refait mon retard sur Mikaël. Puis après, je commençais ma remontée. J’étais vraiment en bonne forme sur cette partie. Seulement une quinzaine de coureurs m’ont doublé. Et encore, c’étaient les tous meilleurs car on tournait en rond. Ainsi, quand j’étais dans mes premiers tours, les meilleurs étaient au bout de leur effort cycliste. J’arrivais à décramponner plusieurs concurrents dotés de vélos de route, ce qui m’encourageait à poursuivre mon effort. Le parcours était très roulant mais cependant, à chaque kilomètre, on était coupé dans notre allure par un virage à 360°. N’ayant pas de compteur de vitesse, j’ignorais totalement la vitesse à laquelle je pouvais aller. Je me fiais seulement à mon chronomètre. A la fin de cette partie, je devais être 2’30 devant Mikaël.

 

2 km de course à pied en 7’10 (3’40 + 3’30), soit 16.60 km/h de moyenne

J’ai dû mettre une minute de transition en tout entre la fin de la partie vélo et le début de la partie course à pied. Le début de cet ultime effort était assez délicat. C’est la transition tant redoutée. Je n’avais pas l’impression d’aller aussi vite que je le voulais. Fort heureusement, plus j’avançais et plus ma foulée devenait de plus en plus efficace. Pas un seul concurrent ne m’a doublé et, mieux encore, dès que je dépassais une personne, l’écart avec celle-ci devenait important. Mon premier kilomètre a été passé en 3’50. Assez paradoxalement, ma vitesse augmentait en fontion des hectomètres écoulés. Les bonnes sensations revenaient vraiment. Je n’avais malheureusement pas la lucidité de dénombrer le nombre de coureurs que j’ai dépassés mais il devait avoisiner la cinquantaine (sur 160 engagés dans le triathlon). Pour le dernier kilomètre vers la ligne d’arrivée finale, j’ai mis 3’20. Mikaël est arrivé près de 4′ après moi bien marqué par cette entrée en matière dans le triathlon et sa reprise de la compétition.

Au final, ça fait 33’26 et tous les objectifs ont été atteints, ainsi que deux autres secondaires : faire mieux que les records individuels d’Aurélien (35’20 en 2009) et Valentin (34’40 en 2008) à cette épreuve. J’ai aussi pu clairement mettre en évidence le gros chantier qu’il me faudra effectuer, à savoir la natation (j’y ai perdu au moins 2′ sur les meilleurs).

 2927589949_2_3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *