Saison 2010-2011 : Championnat départemental de cross court

2967726521_2_23_MCQfX1MD

Une belle prestation individuelle pour rattraper la déception collective

 

2967726521_2_23_MCQfX1MD

Les invités surprises de dernière minute bouleversent la donne

 

Il se murmurait déjà la veille du côté de la presse locale et des bruits circulant entre coureurs que ce championnat de cross court allait être particulièrement relevé, du fait de la présence inattendue de nombreux coureurs dont la logique aurait voulu qu’ils soient alignés sur le cross long. Sur place, cela s’est confirmé dès l’échauffement. On a donc eu affaire à la course majeure du département. Hormis les frères Mosta alignés exceptionnellement sur le long, il n’a manqué personne et tous les cadors de Loire-Atlantique étaient présents sur notre distance. Cela a donc complètement bouleversé nos objectifs tant individuels que collectifs. Pour comparaison, l’année dernière, il y avait 72 arrivants au cross court. Cette année, nous avons été 100 coureurs à franchir la ligne d’arrivée. L’objectif de 3ème place par équipe est devenu d’emblée mission impossible et il fallait revoir nos prévisions individuelles. Ce cross s’annonçait donc être au moins aussi relevé du cross national de l’Erdre.

 

Le cadre de la course

 

Avec toute la pluie qui s’est déversée sur la Loire-Atlantique au cours de la semaine dernière, la boue était très abondante tout au long du parcours. Courir avec des pointes de minimum 12 mm s’avérait donc indispensable. Le tracé était au moins aussi gras que lors du dernier cross de Couëron. Puis, assez paradoxalement, il y avait un ciel très ensoleillé sous une clémente température de 10°C. Pour les spectateurs, cela était l’idéal avec l’assurance d’assister à un beau spectacle mettant aux prises le top niveau du 44.

 

Un départ très poussif avant d’entamer une folle remontée

2967726521_2_5_HYlT5dak

Contrairement à mes deux premiers cross courts où j’avais opté pour un départ en deux temps (300 m en accélération progressive avant de faire 300 m de remontée pour me replacer), mon début de course était cette fois-ci très poussif. Je me suis ainsi très tôt retrouvé à hauteur de la 60-70 ème position.
Puis, pour ne pas commettre la même erreur qu’au cross de l’Erdre où j’avais choisi d’accélérer brusquement en me mettant par la même occasion dans le rouge, j’ai choisi l’option de maintenir la même allure. Ainsi, sans élever mon rythme, je me repositionnais très rapidement car devant beaucoup étaient victimes de leur départ sur les chapeaux de roue.

2967726521_2_11_ImyZvIl1

Assez étonnamment, tous les endroits délicats à gérer comme les courtes côtes ou importants passages boueux m’étaient favorables. C’était dans ces passages là que je doublais le plus de coureurs. Il me paraît maintenant loin le temps du cross junior de l’Erdurière où justement j’étais souvent mis en difficulté quand les passages très sélectifs. Mes progrès en presse oblique ainsi que les entraînements de fartleck y ont contribué à coup sûr.

2967726521_2_19_hlR5KUuW

La deuxième boucle sur le point de s’achever une fois le rondin de bois sauté, la fin devenait imminente. J’allongeais donc de plus en plus ma foulée pour tenter de revenir sur les deux coureurs quelques mètres devant moi. Cette accélération finale de 400 m m’a permis de recoller sur eux mais pas de les devancer sur la ligne.

2967726521_2_15_gETrX89u

La course dans la course

 

Après le départ, étant très mal placé au général, j’étais naturellement très mal positionné par rapport à mes partenaires de club. Tout au long de la première boucle, j’ai remonté ceux qui me devançaient à l’exception des deux que j’attendais devant moi initialement : Sébastien – assez loin devant – et Raphaël – avec qui j’étais encore distant d’une dizaine de secondes. Le premier voltigeait aux avants postes en rivalisant de près avec le top 20 comme prévu. Malheureusement, la deuxième boucle a été fatale au second nommé dont je voyais son avance se réduire progressivement. Plus la fin se profilait pour lui, moins bien cela avait l’air d’aller car j’ai appris juste après mon arrivée qu’il s’était fait devancer par les fusées Christophe et Anthony dans les derniers hectomètres de course. Ces deux derniers sont les grosses surprises de la journée en s’octroyant respectivement les 3ème et 4ème place du club (et en figurant ainsi dans la première équipe). La course a aussi pris un tournant inattendu pour le coach Florian. Je l’ai dépassé vers la moitié de la première boucle. Cela a été par la suite un long calvaire pour lui. A noter également, la très belle course de Jean et l’inattendue qualification du sprinter Nicolas.

2967726521_2_21_uKqD3dGV

Les bilans à tirer de ce premier palier

 

Par équipe, nous ne sommes que 8ème. C’est la grosse déception du jour car, au-delà de cette place,il faut y voir sérieusement menacée notre possibilité de nous qualifier par équipe au championnat « Pré France » (ou inter-régional) étant donné que seules les 12 premières équipes sont qualifiées.
Au classement individuel, je ne suis que 39ème mais toutefois sur une centaine de coureurs uniquement licenciés et masculins. Puis je n’ai vraiment aucun regret à avoir de ce côté là car le niveau était vraiment très relevé et les coureurs me précédents sont tous logiquement supérieurs à moi. Par ailleurs, à titre de comparaison, j’avais fini 38ème du cross de l’Erdre (au label national) sur 81 arrivants licenciés masculins. Le niveau de dimanche dernier était même paradoxalement plus relevé que lors de cet événement.
Par catégorie, je suis 11ème espoir. L’année dernière, je finissais 12ème de la course junior ; aujourd’hui, je finis 11ème dans ma première année de la catégorie supérieure. C’est donc une bonne satisfaction, d’autant plus que notre département regorge d’excellents espoirs. Le constat parle de lui-même : parmi les quatre premiers du général, trois sont espoirs. Puis, il y a aussi cette 2ème place au sein des engagés du CAC qui me satisfait beaucoup.
Enfin, mon allure moyenne est de 16.3 km/h. Cependant, avec le parcours très boueux, elle est devenue un indicateur non révélateur. L’objectif d’avoisiner les 17 km/h de moyenne était donc rapidement rayé de mes pensées. Quand je compare au dernier cross de Couëron qui est le seul que j’ai effectué avec autant de boue, j’affiche une progression de + 0.3 km/h mais avec un tracé plus court d’un kilomètre.
C’est donc un bilan individuel globalement positif que je dresse à l’issue de cette course qui me sert de tremplin pour le championnat régional de Laval dans trois semaines. Il faudra que je monte encore en régime car, pour me qualifier aux championnats inter-régional de Roullet St-Estèphe, il me faudra finir dans la première moitié des arrivants.

 

Lien vers l’article du site du CAC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *