Saison 2009-2010 : Les foulées vertaviennes

2678843234_1

Les foulées vertaviennes 2009

 

2678843234_1

Un vent soufflant par rafales, une pluie diluviennes, un ciel entièrement couvert : la course s’annonçait bien mal ce matin au réveil avec cette vision du temps à peine les volets ouverts. Beaucoup d’interrogations se sont posées à cet instant. Que porter ? Collants, cuissard, short « couche-culotte » ? Pointes ou chaussures de running ? Participation ou non participation ?… La dernière fois que j’avais couru sous un tel déluge, c’était lors du semi-marathon d’Orvault et cela avait eu pour conséquence une otite de 2 semaines et demie. A l’approche des premiers examens, cela aurait été très problématique si l’histoire se serait répétée. Heureusement, par chance, le ciel s’est dégagé à temps dans le courant de l’après-midi nous permettant de courir entre deux petits passages de crachin.
Après cette première frayeur du temps, c’était au tour d’un égarement d’une incommensurabilité hallucinante venant de la part d’un athlète habitué aux courses… L’oubli de ma licence ! Fort heureusement, là aussi, les organisateurs n’en ont pas tenu compte lors du retrait des dossards.

Nous sommes arrivés 45 minutes avant l’élancement de la course pour faire la queue pour le retrait des dossards et des tee shirts de la course. Les participants étaient au rendez-vous. Près de 600 coureurs étaient au rendez-vous vertavien et se précipitaient de s’aligner au départ. De ce fait, je n’ai consacré qu’à peine 1/4 d’heure pour trottiner sans même faire une seule accélération. Le pari s’avérait risqué mais c’en était ainsi, il fallait écourter l’échauffement pour être bien placé (à la deuxième rangée de coureurs) sur la ligne de départ… aux côtés de Wilfried Mosta quand même !

J’ai mis fin au premier kilomètre en 3’10 en étant 6ème. Les sensations n’étaient pas très bonnes. Je me sentais un peu dans le rouge, contrairement à l’opposée des foulées de nantaises où j’avais passé le premier kilomètre en 3’20 en étant vraiment dans de très bonnes sensations. Je voyais au loin Mosta faire son petit bonhomme de chemin tout seul à 100 bons mètres de moi. Ainsi fut lancé le décors de ces 18ème foulées vertaviennes.

La course était dans dans le parc du Loiry. Elle empruntait par endroits des routes bitumées puis le reste du temps des chemins rendus boueux par le déluge du matin. Elle comprenait une petite boucle suivie de deux grandes boucles longeant la sèvre nantaise. Elle était très exigeante : très vallonnée avec plusieurs relances le tout sur une chaussée à la limite du praticable par endroits (en raison encore des conditions climatiques). Je pense qu’elle était plus dure que les foulées de la Gournerie.

Alors que la course avançait, je sentais que les sensations ne s’amélioraient guère. J’ai finis la première boucle en étant à la 17ème place. Je me faisais distancé petit à petit par des coureurs avides de vitesse de course plus élevée. La deuxième boucle s’acheva pour moi à la hauteur de la 20ème position.
A l’arrivée, après avoir parcouru une nouvelle fois cette grande boucle, je finis le parcours à la 23ème place après un long sprint sur 200m où j’ai pu déposer littéralement 3 coureurs qui me précédaient ultérieurement. Mon chrono est assez médiocre : 40 minutes tout rond (15.75 km/h). Mon objectif d’être sous les 38 minutes est de loin un échec. Cependant, je suis content de moi car j’ai couru plus vite qu’aux foulées de la Gournerie qui étaient un peu moins exigeantes je trouve.
Je finis à la 2ème place du podium junior derrière Tony Brahiti … meilleur junior des foulées nantaises déjà.

C’était une bonne course de préparation pour les cross…

Au niveau de mes prochaines échéances, ma participation au cross de Couëron est très indécise en raison de mes examens à venir, celle du cross de la Chantrerie est presque sure, et celle de la Chapelle sur Erdre est plus que compromise tellement cette ville ne m’a jamais souri (cross l’année dernière, course nature Erdre et Gesvre…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *