Saison 2010-2011 : 1/2 finale des championnats de France de cross court

2977121715_2_9_fcBlG5ZU

Dénouement de la saison de cross-country 2010-2011

sur les chapeaux de roue

 

Le cadre de cet épilogue

 

Le parcours était composé de beaucoup de relances comme annoncées initialement. Cependant, dans les prévisions, les côtes – toutes assez courtes en sortie de virage – ont été négligées au même titre que la présence de talus qu’on a dus escalader quatre fois en tout. A chaque passage, l’effort était très bref mais suffisant pour casser notre allure de course.
Les conditions climatiques étaient plutôt bonnes : temps nuageux, pas d’averse, fond d’air doux mais rendu un peu frais avec le vent glacial qui est venu s’inviter à l’événement.
C’est donc dans ce décors que les qualifiés des régions Pays de la Loire, Centre et Poitou Charente en ont décousu.

 

Le match dans le match : la compétition « intra-CAC »

 

Je me suis élancé en première ligne à quelques places du champion régional Hamid Essaid.J’ai ensuite adopté mon désormais schéma de début de course classique : le départ en deux temps.

A l’issue de la première ligne droite de 200 m, je me suis ainsi retrouvé très loin derrière en me faisant déborder de toutes parts. Devant, Raphaël a pris le risque de partir vite, tellement qu’il s’est retrouvé au milieu des cadors de la course à l’entrée du premier virage resserré qui achevait l’aire de mise en orbite. Je me situais alors un peu derrière Christophe. Sébastien était loin devant, Raphaël encore plus loin.

Une fois les ardeurs des coureurs calmées après le départ général et ma phase d’observation terminée, c’était le moment d’appuyer sur la pédale d’accélérateur pour faire mon traditionnel départ retardé et ainsi me replacer dans la course.

2977121715_2_5_qsYK0Ecx

La densité de coureurs au mètre carré était assez impressionnante. Il fallait jouer des coudes pour se frayer un passage dans cette foule sous peine de se faire enfermer et perdre de précieuses secondes. A ce jeu là, certains se sont même retrouvés au sol (comme en témoigne la photo ci-dessus). Un vrai combat !

2977121715_2_7_OrKYQ3Y6

Vers la moitié de la première boucle, j’étais revenu sur Raphaël. Il y avait alors tellement de monde autour que je n’ai même pas repéré le moment où je l’ai dépassé. J’ai continué mon effort en me précipitant à la corde de chaque virage avant d’attaquer dans chaque petite côte qui s’en suivait.

2977121715_2_9_fcBlG5ZU

Ensuite, j’ai repéré un coureur du RC Nantais qui était dans le même effort que moi. J’ai alors fait l’effort nécessaire pour bondir dans sa foulée et le suivre le plus loin possible. Derrière, je ne savais pas du tout où était Raphaël. A chaque virage resserré, j’essayais de le discerner au milieu de la foule. En vain. J’étais dans une remontée folle, à tel point que je m’approchais de plus en plus de Sébastien. Je n’en revenais pas. Le duel attendu avec Raphaël pour la deuxième place allait donc être substitué par une lutte avec Sébastien pour la place de leader du club.

Je l’ai rejoint au milieu de la 2ème boucle. Il nous restait alors 1 km à parcourir. Le coureur du RCN a filé devant. Il avait encore augmenté sa cadence et je ne pouvais plus l’accrocher. Heureusement, c’était juste le moment où j’ai rattrapé Sébastien.

2977121715_2_11_d8ErCBOlEn compagnie d’un Sébastien en sérieuse difficulté à l’approche de la fin.

 

J’ai ensuite couru en sa compagnie. Il a pu se refaire une santé dans ma foulée pour ensuite lancer l’attaque qu’il fallait sur le dernier talus de la course à franchir, à 500 m du terme.

Il a gagné la ligne d’arrivée aux termes de 500 m de folie au cours desquelles je lui ai concédé 12 secondes et 20 places. Je n’avais pourtant pas abdiqué car je reprenais également plusieurs coureurs. Je finis cette course pleinement aboutie à hauteur de la 119ème position.

 

Sur le plan collectif

 

Au classement par équipe, nous sommes 29ème sur 34. On n’avait aucune ambition dans ce classement, qui d’ailleurs à aucun moment n’a été évoqué entre nous que ce soit avant ou après la course.

 

La course la mieux achevée parmi mes quarante et une au compteur

 

Alors qu’il y avait 254 qualifiés à cette épreuve, avec les désistements de dernière minute et les nombreux abandons, seuls 215 coureurs ont franchi la ligne. Parmi ceux-ci, je suis 119ème et ne perds donc que 18 places par rapport aux régionaux malgré le pallier supplémentaire franchi. Je suis donc pas loin de la première moitié du tableau final, alors que je me voyais figurer dans le dernier quart d’arrivants avant la course.
Puis, quand je regarde les fiches ffa des coureurs qui m’entourent, j’ai de quoi être pleinement satisfait de ce classement. J’ai également devancé quelques coureurs que je n’avais encore jamais battu.
Par catégorie, je finis une nouvelle fois au 21ème rang sur 41 arrivants malgré les concurrents qualifiés des régions Centre et Poitou Charente qui sont venus s’ajouter au peloton. Je suis également le 6ème espoir de Loire-Atlantique.

Puis, en terme d’allure globale, avec 17.9 km/h de moyenne, j’affiche un nouveau record de vitesse sur cross qui vient détrôner mes 17.2 km/h lavallois. Cette marque est une de mes grosses satisfactions de la journée car, il y a encore quelques mois sur les cross de préparation, j’étais plus proche des 16 que des 18 km/h. Par ailleurs, une moyenne de 17.9 km/h équivaut aussi à un chrono de 10’03 » sur un 3 000 m sur piste. J’ai réussi à faire cela sur un cross de près de 4 km. Sachant que j’étais déjà incapable de faire cela sur 3 000 m à la fin de saison dernière, et que mon record (qui date d’il y a deux ans) n’est que de 9’54 » sur cette distance, je peux dire avoir été hier à un niveau encore jamais atteint auparavant. Les entraînements payent et cela ne fait qu’entretenir ma très grosse motivation cette saison.

Enfin, parmi l’équipe, d’une part, je reprends ma place de numéro deux aux dépens de Raphaël ; et d’autre part, avec le faible écart me séparant de Sébastien, j’ai réussi à lui titiller sa place de leader comme je l’espérais.

Au-delà de toutes ces données chiffrées, il est à signaler que je n’ai jamais eu une telle sensation de facilité auparavant sur un cross. Ce championnat pré France est donc une grande réussite qui ponctue à merveille ces championnats ffa de cross-country 2011.

Avec tout cela, et du fait du niveau général très relevé (participants tous licenciés, masculins et s’étant tous qualifiés dans leur département puis région respectifs), je place cette performance en tête de l’ensemble des courses auxquelles j’ai pris part jusqu’alors. Ma prestation du semi marathon de Paris 2010 est donc incontestablement destituée de sa première place.

 

Brefs enseignements à tirer de cette saison qui s’achève sur une note très positive

 

Un grand merci à toute l’équipe. Les années précédentes, je détestais ces rendez-vous de cross qui étaient avant tout une corvée. Le passage parmi les espoirs m’a permis de courir avec les séniors du club. Courir en équipe m’a énormément changé d’être en solo parmi les juniors. Puis, nul doute que la confrontation amicale avec Raphël, ainsi que la présence de Sébastien aux avants-postes m’ont poussé de l’avant. Sur le plan sportif, je n’ai fait que monter en régime au fur et à mesure. Au sein de l’équipe, je n’ai jamais été au-delà de la 3ème place. Enfin, avant toute chose, j’ai pris un réel plaisir de bout en bout de ces championnats.

Par ailleurs, pour être complet, si sur le cross court masculin aucun du club n’a été en mesure de franchir la rude sélection pour se hisser aux championnats de France, le maillot sera malgré tout représenté à Paray de Monial : Elise (chez les juniors), Marion et Laëtitia (sur le cross long féminin) ont arraché leur qualification. Elles se frotteront à l’élite nationale en Bourgogne dans deux semaines.

2977121715_2_3_ASKJDUezMon dossard de course qui mérite d’être conservé aussi soigneusement que l’est celui du semi marathon de Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *