Saison 2011-2012 : Ekiden de Saint Nazaire

ekiden

Ekiden de St Nazaire : 5 km inédits pour lancer la saison

 

Le principe de l’Ekiden

 

Créée au Japon il y a seulement quelques années, cette épreuve originale est un relais composé de six athlètes qui ont pour tâche d’accomplir les 42,195 km du marathon. L’ordre des relais est le suivant : 5 km, 10 km, 5 km, 10 km, 5 km, 7.195 km. L’ékiden de St Nazaire se déroulait pour la 6ème fois depuis sa création en 2006. Pour moi, c’était la première fois que je prenais part à une telle épreuve ; et seulement la deuxième fois à une épreuve en relais.

Objectif de cette course de rentrée

 

Par équipe, on voulait améliorer le record établi l’année dernière en 2h41’17. Sur le plan individuel, sans entraînement spécifique et avec toutes les sorties vélo qui se sont substitués aux footings, je n’avais pas de quoi tenter une grosse performance sur ces 5 km. Par ailleurs, le parcours qui nous était proposé était particulièrement délicat : beaucoup de relances, quasiment aucune ligne droite de plus de 100 m, et tracé gorgé d’eau avec les conditions climatiques.

ekiden

L’affiche de promo de l’événement

Mon 5 km sur route en solitaire

 

J’étais chargé du 3ème relais long de 5 km. La pluie avait cessé mais le parcours était à la limite du praticable à certains endroits. A d’autres, il fallait être particulièrement vigilent aux flaques d’eau en virage.
Au moment où j’ai pris le témoin commençait un véritable contre-la-montre. Devant moi, une vingtaine de secondes me séparaient d’un groupe de 2-3 coureurs ; et derrière, personne en ligne de mire.
Le parcours était vraiment trop dur pour y faire un temps. Lorsque l’on prenait un peu de vitesse, un virage serré se présentait à nous, et il fallait relancer derrière ; et ainsi de suite.
Je me souviens de mes passages intermédiaires aux bornes des kilomètres 1, 2 et 3 : 3’33, 7’10, 11′.
Au final, je fais 18’36 en ayant eu l’impression d’avoir couru les cinq premiers kilomètres d’une course de 10 km, voire même plus. Hormis mon allure en 3’30-3’35 sur les deux premiers kilomètres (qui étaient aussi les plus roulants), j’ai toujours été à allure constante en accélérant sur le dernier kilomètre.

Record du club amélioré de 5′

 

Auparavant, Raphaël, en premier relayeur, avait réalisé, sous la pluie, un prometteur 18’49 » nous plaçant d’entrée de jeu proche du top 10. Puis, alors que les conditions climatiques s’étaient améliorées, Benoit s’est élancé et a réalisé un bon 37’08. J’ai ensuite pris le départ du 5 km suivant, avant de transmettre le témoin à Rémi la nouvelle recrue du CAC qui a frappé très fort pour sa première course : 36’11 sur son 10 km (son record sur la distance). S’en est suivi le relais du capitaine d’équipe Florian qui a fait un temps de 18’45 dans la même lignée que les deux premiers 5 km. Enfin, en guise de conclusion de cette matinée marathon par équipe, Sébastien a bouclé ses 7.195 km en 26’57. Au final, nous sommes 11ème en 2h36’26. Le record est tombé comme espéré.

 

Lien vers le site de l’article du CAC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *