Saison 2010-2011 : Cross court de l’Erdre

2958704493_2_15_zobPS4gM

     Ma seizième et dernière compétition de l’année 2010 … et trente-cinquième et dernière en tant que junior

 

Ce cross marque la clôture de ma saison civile 2010 et ainsi la fin des cross de préparation aux championnats. Je vais ensuite m’orienter vers de grosses semaines d’entraînements pour être en forme optimale le jour des championnats départementaux de cross court le 9 janvier, organisés cette année sur ce même lieu du Buisson de la Grolle à la Chapelle sur Erdre. J’ai donc fait ce cross afin de me fixer un temps qui sera l’objectif à battre à l’occasion de l’échéance du mois de janvier. Ainsi donc, j’ai délaissé le choix de courir le cross long, alors que cette fois-ci nous sommes une part fortement minoritaire du club à avoir opté pour le court.

 

2958704493_2_3_X8MxKQxo

Le 3 ème cross de France aux bilans nationaux

Gradé de son label national, il est le plus réputé du département et attire chaque année ce qui se fait de mieux en matière de crossmen et crosswomen dans le grand Ouest. A noter au passage qu’avec deux cross des Pays de la Loire (avec le cross angevin du Courrier de l’Ouest) sur le podium national aux bilans, la région affirme une nouvelle fois sa très forte emprise sur l’athlétisme français.

 

Bref historique de mes performances réalisées sur ce cross

Avec trois participations après cette édition 2010, il est le cross auquel j’ai le plus souvent pris part.
Ma première participation n’était pas des plus élogieuses. Alors que je revenais tout juste d’une tendinite qui m’avait éloignée des pistes plus de deux mois et que je débutais tout juste l’athlétisme en club, j’ai dû me lancer dans le grand bain par ce cross qui était le dernier que je pouvais faire avant les championnats départementaux. J’en ai de très mauvais souvenirs. Avec une 44ème place sur 49 arrivants dans la course junior, le constat parle de lui-même.
L’année dernière, fort d’une année d’expérience athlétique acquise, j’ai amélioré de près d’1’30 » mon chrono sur le même parcours (4.7 km) et finissais à une belle 14ème place.
Aujourd’hui, c’est sur une toute autre distance que je suis engagé : le cross court avec 3.76 km qui sont mis à notre disposition pour qu’on exprime au mieux nos capacités actuelles.

 

Une meilleure préparation que lors du cross de Nantes

Mes deux semaines inter-cross ont été très antagoniques. Après une grosse semaine à base de sept rudes entraînements sportifs (aux cinq entraînements de course à pied, j’ai ajouté un entraînement en salle de musculation et une séance de natation), j’ai malheureusement dû rompre ce rythme très soutenu dès l’entame de la deuxième semaine. Sans doute que les cours, très coercitifs actuellement, ont pesé beaucoup dans la balance. Ainsi, ma dernière semaine était dans la lignée de celle que j’avais opérée la semaine précédant le cross Nantes-Réalités. Cela avait toutefois eu pour mérite de me faire regagner beaucoup de fraîcheur.

 

Mes ambitions initiales sur mon deuxième cross court espoir-senior

Nous étions très peu du club engagés sur cette course, la majorité ayant choisi de prendre part au cross long prévu un peu plus tard dans la journée. Je comptais rééditer ma performance d’il y a deux semaines en finissant premier du CAC. Cela n’était à la base pas si aisé qu’on pourrait le penser car, aligné à mes côtés notamment, figurait ce cher Raphaël qui n’avait pas fini bien loin de moi à la Chantrerie (à 11 »). Au général, je n’avais aucun objectif en raison du niveau global plus relevé.

 

Les conditions climatiques

Un ciel nuageux, pas de pluie, ni de vent, ni de neige, ni de température négative avec un doux 6°C dans l’air, c’étaient de véritables conditions rêvées qui allaient nous accompagner pendant la course. Malgré cela, par précaution et étant plutôt frileux, j’ai insisté pour le port des gants et des chaussettes hautes qui m’avaient été très utiles aux derniers cross.

 

La course

Je suis arrivé sur place un peu avant 12h15 accompagné de Valentin, venu spécialement pour assister à ma course. Une fois sur place, il fallait faire vite pour prendre mon dossard, me changer, retrouver mes partenaires du CAC pour ensuite m’échauffer en leur compagnie, me mettre en tenue de course et aller gagner le départ de la course pour 12h55. Ce qui était assez remarquable par rapport au dernier cross était, comme on se le disait tous, la très importante densité de coureurs évoluant à un très bon niveau. On croisait des maillots qui m’étaient totalement inconnus au cours de notre footing. Le top niveau du grand Ouest était de la partie. On était un peu plus d’une centaine de coureurs soit beaucoup moins qu’à la Chantrerie mais avec exclusivement des licenciés.

Le parcours était bien plus dur que je le pensais. Autant les cross de la Chantrerie et de Couëron ont de rudes montées mais très régulières, autant à la Chapelle, les relances sont très nombreuses et les petites côtes très courtes mais très casses-pattes sont un enfer. Il y avait donc très peu de moments pour récupérer. L’essentiel du parcours se faisait en sous-bois et le sol était très souple avec peu de boue.

2958704493_2_13_U6fvl2vV

Je suis parti assez vite, un peu sur le même schéma de course qu’à Nantes en partant à mon rythme les 200 premiers mètres avant de remonter quelques coureurs les mètres suivants.

2958704493_2_15_zobPS4gM

Cependant, je m’employais beaucoup plus. L’allure était aussi beaucoup plus soutenue en raison du départ en descente, de la distance plus courte (3.76 km contre 4.4 km) et bien évidemment du niveau global du cross.

2958704493_2_7_VvGIDbq7

Je sentais assez tôt dans la course qu’il allait être très délicat pour moi de finir premier du CAC cette fois-ci. Alors qu’à la Chantrerie, j’avais fait la différence sur Raphaël par mon départ pour ensuite bien gérer mon effort, j’étais ici dans le rouge dès le premier kilomètre. Raphaël est revenu à ma hauteur vers la fin du 2ème kilomètre.

2958704493_2_9_tdGF5oYw

Ensuite, le calvaire commençait car j’étais complètement esseulé et je n’arrivais pas à recoller sur son groupe qui s’éloignait petit à petit. Anthony, autre coéquipier du jour du CAC revenait petit à petit sur moi et, comme je le pressentais, c’est à un sprint final avec lui que j’allais devoir me livrer. Heureusement pour moi, j’ai réussi à maintenir quelques mètres d’avance à l’entrée de la dernière ligne droite sur ce spécialiste du sprint long (400/800 m) pour conserver, ce qui sera, ma 38ème position au classement général.

Raphaël est seulement 2 places et 7″ devant moi. L’essentiel est là. Je n’ai pas complètement craqué après qu’il m’ait dépassé, et ce malgré mes très mauvaises sensations du jour. Par catégorie, je suis 5ème junior et je réalise une nouvelle fois une allure moyenne de 16.70 km/h en égalant ainsi mon record de vitesse. Néanmoins, j’avais établi cette marque sur un parcours qui faisait plus de 600 km que celui d’hier. Je reste donc très réservé sur ce record égalisé.

Pour l’anecdote, aux prises avec une énième montée, je me suis rendu compte que, sans doute en me pressant d’enfiler mes chaussures de cross avant le départ, j’avais oublié de … ne pas lacer ma chaussure droite ! J’étais donc sans cesse obnubilé par ne pas perdre ma chaussure et risquer de tomber en marchant sur mon lacet. Mais bon, de toute façon, je ne sais pas si j’aurais fait beaucoup mieux sans ça tellement j’avais l’impression de forcer dès le départ et d’être sans cesse dans le rouge. J’étais beaucoup moins « facile » qu’à la Chantrerie. Cette distance était peut-être un peu trop courte donc trop rapide pour moi…

C’est ainsi que s’achève ma saison 2010 et, officiellement, ma catégorie junior.

2958704493_2_11_vLqgud1v

En photo, le vainqueur du jour Wilfried Mosta qui a fait cavalier seul de bout en bout en affichant une allure moyenne de 19.80 km/h à l’arrivée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *