Saison 2010-2011 : 10 km d’Orvault Praudière

2978852563_2_13_7b2YZNyz

Deux « CACiens » rescapés du cross court charentais alignés au départ de l’édition 2011 du 10 km d’Orvault Praudière

 

En ce dimanche 20 février, soit une semaine après la clôture de la saison de cross-country, j’étais engagé en compagnie de Mikaël sur les foulées d’Orvault Praudière. Pour ce premier rendez-vous sur route depuis la déception normande d’il y a près de cinq mois, j’étais aligné sur le 10 km. Accompagnés de Valentin dans le rôle du photographe-supporter (la plupart des photos de l’article ont été prises par lui, le reste par Sandra), nous nous sommes rendus en terres orvaltaises.

2979500011_2_5_29bWp2AD

Un décor aucunement propice à la performance

Avant de me rendre sur place, je pensais que cette course était plus facile qu’il en était réellement. Le circuit en trois boucles comportait en effet très peu de portions « roulantes » avec beaucoup de côtes très cassantes, trois passages en sous-bois types trail (très étroit, avec des racines, un peu de boue, et le tout en côte) et beaucoup de relances. Etablir une marque de référence sur un tel tracé s’annonçait donc délicat.
Concernant les conditions climatiques, elles étaient parfaites avec une température douce et un ciel très nuageux.

 

Courir uniquement pour le plaisir sans objectif chronométrique

 

Avec une maigre dernière semaine composée de deux footings de 40′ et 50′, c’est véritablement sans aucune préparation spécifique que je me suis présenté à cette course. Je devais compter uniquement sur mes acquis des derniers cross pour bien figurer sur ce 10 km.
Je n’avais donc aucun but concret avant de prendre le départ, uniquement prendre du plaisir et emmagasiner les kilomètres du mieux possible.

 

Mes premières foulées sur route de l’année 2011

C’est en première ligne d’un gros peloton de plus de trois cents unités que nous nous sommes élancés sur les coups de 10h35.

2978852563_2_5_RpJ6ERgs

Alors qu’avec Baptiste (coureur espoir de l’ESCO Saint-Nazaire), on avait prévu de partir prudemment, la réalisation en a été toute autre. En effet, après un départ très rapide à ses côtés, je me suis placé d’emblée dans les tous premiers rangs. Lui deuxième, moi troisième, c’est ainsi qu’on a franchi le premier kilomètre en 3’15 : un vrai départ de cross court.

2978852563_2_7_dDJ3yoh7

On a ensuite volontairement baissé l’allure. Il était hors de question de continuer sur ce tempo soutenu pour être dans le rouge et abandonner. Les coureurs nous dépassaient et nous nous sommes rapidement retrouvés vers les dernières places du top 10.

2978852563_2_17_PrfmpHq9

Toujours à sa hauteur, je suis ensuite passé à la mi course en un peu moins de 18′. Il ne fléchissait pas malgré ses véritables débuts sur la distance. L’allure était cependant un peu trop soutenue pour moi qui perdait petit à petit quelques longueurs. Cette saison, sur les cinq cross qu’on a fait ensemble, il n’y en a pas un seul où j’ai été en mesure de le devancer. C’est donc fort logiquement qu’il est parti seul devant dans l’optique de maintenir sa place parmi les dix premiers. J’ai eu alors un gros passage à vide en l’espace des trois kilomètres suivants où je me suis fait éjecter du top dix. Des douleurs abdominales, sans doute dues à la séance de vendredi, se faisaient ressentir. Cependant, je n’ai jamais vraiment craqué car j’allais quand même à une bonne allure de croisière.

A la vue de la balise indiquant le passage au 8ème kilomètre, j’étais environ à la demi-heure de course. A partir de là, j’ai accéléré mon allure. Les jambes répondaient présents. J’avais donc bien récupéré des efforts des cinq premiers kilomètres. J’ai ainsi achevé les deux kilomètres restants en 3’30 »/km de moyenne.

2978852563_2_15_pJGinnyP

A l’arrivée, je me place 14ème du classement général et 3ème espoir avec un très bon temps de 37’05 : nouveau record à la clé.

Un effort différent mais un résultat dans la lignée des deux derniers cross avec un nouveau record établi

 

Si le bilan est positif au classement, que dire de mon temps réalisé (37’05). Pas un seul instant au départ, je n’ai pensé faire un tel chrono à la vue des nombreuses difficultés qui nous attendaient. Je devance aussi assez nettement plusieurs coureurs que je ne parvenais pas à battre la saison passée.

Je parviens à atteindre à nouveau les 37′ deux ans après. Cette course parachève en beauté ces quatre semaines folles où j’ai réalisé trois courses et battu autant de records.

Par ailleurs, à l’arrivée, il se disait, de la part de participants ayant couru avec une montre gps, que le parcours était long réellement de 10.2 km. Je dispose donc également d’une belle marge de progression par rapport à des 10 km sur un tracé plat et mesurés au mètre près, comme peut l’être celui de Saint-Sébastien. Cela est très encourageant pour la deuxième partie de saison et laisse augurer de belles perspectives pour les échéances à venir.

2978852563_2_13_7b2YZNyz

Le podium espoir ; j’y affiche fièrement ma gourde verte fluo me récompensant.

Mikaël a, quant à lui, livré un duel passionnant avec la « charismatique » athlète Séverine Brohan. Il voulait faire moins de 42′ au départ. Malheureusement pour lui, il échoue d’un peu moins d’une minute par rapport à ses attentes.

 

Lien vers l’article du site du CAC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *